in

So Flashback : retour sur les films qui ont fait blink en 2010

So Blink propose un petit flashback sur les films qui ont marqué l’année 2010. De Burton à Fincher, en passant par le film psychédélique de Christopher Nolan, voici le fin du fin des films que vous avez aimés l’année dernière.

Alice au pays des merveilles : retour en enfance par Tim Burton

Tim Burton a fait une nouvelle fois confiance à Johnny Depp pour son énième chef d’œuvre. Dans Alice au pays des merveilles, l’acteur se sublime pour donner au film un caractère exceptionnel.
Alice, désormais âgée de 19 ans, retourne dans le monde fantastique qu’elle a découvert quand elle était enfant. Elle y retrouve ses amis le Lapin Blanc, Bonnet Blanc et Blanc Bonnet, le Loir, la Chenille, le Chat du Cheshire et, bien entendu, le Chapelier Fou.

Alice s’embarque alors dans une aventure extraordinaire où elle accomplira son destin : mettre fin au règne de terreur de la Reine Rouge.

La prouesse de Tim Burton fut récompensée lors des derniers oscars par notamment l’oscar de la meilleure direction artistique et celui de la meilleure création de costumes.

A.C

Inception : quand Nolan se joue de Freud

Pour son septième long-métrage, C. Nolan a convoqué Leonardo di Caprio, Ellen Page ou encore Marion Cotillard entre autres pour sublimer ce chef d’œuvre sur une musique de Hans Zimmer.

Di Caprio est dans la peau de Dom Cobb, un voleur de secrets qui s’introduit au plus profond du subconscient pour dérober les informations les plus précieuses que possède un individu. Son talent a fait de lui un fugitif recherché aux quatre coins du monde et l’a fait s’éloigner de ses enfants. Une dernière mission pourra lui permettre de retrouver la liberté : l’inception.

Il ne s’agit pas ici de dérober une information mais au contraire d’implanter une idée dans l’esprit de quelqu’un à travers ses rêves.
En 2011, Inception a été largement récompensé par 4 oscars dont celui des meilleurs effets visuels et a été nommé pour l’oscar du meilleur film.

Green zone de Paul Greengrass : l’Irak ou l’imposture de la décennie

Le réalisateur Paul Greengrass met le doigt sur un sujet qui fâche : la politique des États-Unis concernant la guerre en Irak.

Avec comme tête d’affiche Matt Damon, qui incarne un lieutenant de l’armée américaine, Roy Miller, Greengrass nous offre un film intense et chargé de rebondissements.

La prestation de l’acteur de la trilogie Jason Bourne est particulièrement incisive et met en avant les doutes dont il dispose par rapport à la véracité de ses missions visant à démanteler des sites prétendus nucléaires.

On observe ainsi tout au long du film le désarroi du lieutenant américain face à la découverte de la falsification de ses missions. Green zone fait partie de ces films qui nous tiennent en haleine dès la première minute et ce jusqu’au dénouement final. Il présente un regard très critique sur la politique américaine pour le cas irakien.
Le film en lui-même est un des plus intenses de ces 5 dernières années et s’inscrit dans la lignée d’une série telle que 24 heures chrono, à savoir, aucun moment de répit pour le spectateur…jusqu’au générique de fin.

Tout va bien / The kids are all right de Lisa Cholodenko : une famille pas comme les autres

La réalisatrice de la série télévisée the L world nous livre ici un film touchant sur le don de sperme anonyme.

Disposant d’un casting solide, Annette Benning (nommée aux oscars), Julianne Moore (The Big Lebowski, Hannibal, A single man), Mark Ruffalo (nommé aux oscars), Lisa Cholodenko nous offre le récit d’une famille atypique américaine qui voit sa vie chamboulée par le retour d’un élément de son passé en la personne de Mark Ruffalo.

La nouvelle vie de famille qui se met en place est dotée de fraicheur, d’innocence et de complicité. Lisa Cholodenko présente ici l’un des films les plus impliqués scientifiquement et politiquement tout en restant souple dans son approche.

Comédie impliquée donc qui restera ancrée plus qu’on ne le croit dans les mémoires. Ajoutez à cela quatre nominations aux oscars en 2011, et cela vous montre l’empreinte que ce film est susceptible de laisser dans le cinéma engagé.

T.L

KICK-ASS ou l’histoire d’un vrai super héros

Vous avez déjà rêvé d’être un super héros ? Le brillant réalisateur Mattew Vaugh (Stardust, Layer Cake) s’en charge pour vous.

Kick-Ass, plus qu’un film traitant du mythe d’un super-héros, nous emporte dans un univers totalement délirant dans le style des comics américains mêlant humour et émotions.

Sans pouvoirs, Dave Lizewski et son alter-ego Kick-Ass s’associe à deux héros encore plus déjantés que lui, afin de supprimer le parrain de la mafia locale de manière relativement peu discrète. Bains de sang, bastons et fous rires sont au rendez-vous dans une atmosphère bon enfant !

TOY STORY 3 : le retour des jouets déchaînés

Et un, et deux, et trois ! Cette fois-ci, le réalisateur Lee Unkrich (Le Monde de Nemo, Toy Story 2) place nos amis Woody et Buzz dans une posture des plus délicates ; en effet, Andy a bien grandi depuis le temps où s’amuser était un passe-temps hebdomadaire.

Il part désormais pour l’université et délaisse sa bande de jouets qui se retrouve à la crèche ! Aux premiers abords un monde des plus paradisiaques, mais sous cette couverture se cache une véritable menace.

Nos camarades vont alors tout faire pour tenter de échapper et cela ne sera pas une mince affaire. Tous les ingrédients sont réunis dans ce troisième volet : de l’action, de l’émotion… une vraie réussite !

T.D

The Town : plongée dans le Boston de Ben Affleck

Pour son deuxième film en tant que réalisateur, Ben Affleck signe ici un thriller très prenant en adaptant le roman Prince of Thieves de Chuck Hogan.

Il met en scène l’histoire d’une bande de braqueurs de banque dans la ville de Boston, et plus particulièrement dans le fameux quartier de Charlestown. Interprétant avec brio le rôle de Doug MacRay, criminel impitoyable qui se met à vivre une romance passionnée avec une ex-otage, Ben Affleck nous prouve une fois encore son talent.
Par ailleurs, le film fut nominé aux oscars 2011, pour la prestation de Jeremy Renner, en tant que meilleur acteur dans un second rôle !
Les nostalgiques de « Heat » seront comblés.

A voir absolument pour tous les amateurs de thriller !

G.M

The Social Network : le chef d’œuvre de David Finsher

Quand Finsher s’attaque au géant du Web, cela donne The Social Network, premier film retraçant la fameuse histoire du créateur de Facebook, Marc Zuckerberg.

David Finsher (Seven, Fight Club, L’étrange histoire de Benjamin Button) nous offre, comme à son habitude, une excellente mise en scène qui nous tient en haleine tout au long du film.

On peut noter par ailleurs, la présence d’un très bon casting (Jesse Eisenberg, Andrew Garfield…) et même le guest Justin Timberlake en impose ! Malgré l’arrogance, et l’ingratitude du génial inventeur de ce réseau social, on s’attache très vite à sa personnalité et à son caractère.

Inscrit dans notre époque et dans nos mœurs, The Social Network est définitivement un des meilleurs crus de 2010.

La Team Jonquoy

Les pubs preferees des Francais en 2010

Oupss, I did it again by MTV