in

Like a iHobo : mettez un SDF dans votre poche

iHobo

SO TRAMP

Décidemment, la rue est à la mode : après « dans la peau d’un sans abris » du Samu Social, voici une nouvelle initiative sacrément étonnante pour nous sensibiliser au quotidien des SDF.

DePaul UK, sorte de Fondation Abbé Pierre britannique, vient de lancer (avec Publicis London) l’application iHobo pour iPhone.

Il s’agit ni plus ni moins que de s’occuper d’un SDF pendant 3 jours à la manière d’un Tamagoshi. Même plus la peine de descendre dans la rue puisqu’il suffit de télécharger l’appli et de choisir « son » write my english paper for me vagabond » (hobo en anglais. Oui on est comme ça on donne des cours de plein de choses, ici !).

SO AMAZING !

Mais, et c’est là que les choses se corsent : il vous faudra vous impliquer sérieusement dans la prise en charge de votre nouvel ami, essay au risque de le voir sombrer dans la drogue ou autres turpitudes propres à la rue. Il faudra être disponible 24h sur 24 pendant ces trois jours, au boulot comme au lit nursing essay writing car ignorer les alertes de notre iSDF pourrait avoir des conséquences désastreuses sur sa santé.

Une initiative iconoclaste donc, qui spy mobile phone tracking certes pique un peu côté morale petite-bourgeoise, mais qui a le mérite, par le choix de son support, de nous faire ressentir une expérience de solidarité, et tous les écueils qui la composent. Exemple : faut-il, ou non, donner de l’argent à un sans-abri ? La réponse est dans l’application…

SO BAD !

Malheureusement, nous n’en aurons jamais le fin mot. Car le gros « moins », c’est que l’application n’est pas dispo sur l’App Store mais uniquement sur l’iTunes UK. Impossible donc pour des petits frenchies d’y accéder… Nous qui voulions tester avant de vous en parler, c’est vraiment trop c** !

Décidément, entre la vidéo Amnesty International, retirée juste après la parution de notre article et ça, on peut dire qu’on custom essay writers really cheap joue de malchance ces temps-ci. Pas si facile la vie de chroniqueur sur So Blink !

On vous met le lien tout de même (au cas où vous nous liriez depuis les bords de la Tamise) puis surtout, on se rattrape avec une vidéo trouvée sur Marketing Alternatif.

Faites fondre la peine de mort avec Amnesty International

Petit Bateau jette l’encre