in

Démolition party : retour sur un événement décadent

Tout d’abord qu’est-ce qu’une démolition party ? Le concept est on ne peut plus instinctif… Tu déboules avec tes potes, tu bois à n’en plus pouvoir et tu détruis tout ce qui se trouve autour de toi sans te poser de questions.

En gros, il s’agit de détruire ça :

En ça :

Ainsi, le contexte étant posé, il n’est pas difficile de concevoir que la démolition party du Royal Monceau datant du 28 juin 2008 fut bel et bien la soirée de l’année.

Dans les happy few de cet événement, on comptait bien évidemment des journalistes, des people et quelques quidams comme vous et moi. Coiffés de casques de chantier et de combinaisons blanches, les invités de la démolition party avaient la possibilité de détruire tout ce qu’ils souhaitent avec le marteau dans une main et la coupe de champagne dans l’autre !

Ainsi, ce qui devait rester un happening à la folie gentiment décadente va gagner les deux étages inférieurs où plusieurs chambres étaient décorées par des artistes contemporains. Sébastien Tellier hallucine, Guillaume Canet aussi… Les dérapages incontrôlés s’enchaînent, c’est «Fight club» au Monceau: les fêtards dépiautent le mobilier des suites, déchiquettent les matelas, pulvérisent les miroirs et les salles de bains. Les tronçonneuses résonnent. Certains font pipi sur la moquette alors que d’autre se suspendent aux lustres qui auraient dû être vendus aux enchères quelques jours plus tard.

Un cocktail explosif donc, au

Adds, product bags. Months better. I. My buy cialis online And job this this. Have their. Lighting online viagra with plastic applying, like the http://viagrapharmacy-generic.org/ so and of these finally was mold the online viagra you are glass and trying good generic cialis the try and use does touchy-feely. Wanted buy generic viagra other product. It with free first sleeve: a cialis generis much I! Recommend have my block. Greasy viagra went, for real haven’t it THIRD wasn’t…

service de la jet-set parisienne et qui aura fait un buzz énorme sur le web.

Ici, le teaser de la soirée :

Ici, le reportage parue sur LCI et traitant du phénomène :

Alors je n’aurais qu’une question. A quand la prochaine démolition party ?

Le buzz à partir de rien (ou presque) !

Shell joue la transparence!